Rouler sans permis : ce qu'il faut savoir

Accueil > Articles > Rouler sans permis : ce qu'il faut savoir

Les conducteurs sans permis

Contrôle de conduite sans permis.

Ils sont plus de 300 000 dans ce cas mais pourquoi prendre ce risque ? Pouvoir se déplacer facilement est devenu essentiel dans notre société c’est pourquoi trois catégories de personnes n’hésitent pas à conduire sans permis. Pour exercer sa profession, se rendre à son lieu de travail ou pour aller chercher ses enfants à l’école un moyen de transport est indispensable. Ainsi, suite à une infraction et à la perte de son permis il semble difficile de s’en passer, ce qui pousse les automobilistes à agir dans l’illégalité. De plus, beaucoup de conducteurs sans permis sont des jeunes de plus de 18 ans qui ne veulent ou ne peuvent pas passer leur permis pour des raisons financières par exemple. Enfin, il a toujours existé des ruraux qui n’ont jamais eu le permis car n’utilisent leur véhicule que très rarement.

Un comportement très sanctionné

Cette pratique de plus en plus courante n’apparait plus forcement comme risquée aux yeux des conducteurs. Or, nombreuses sont les sanctions et conséquences d’un tel comportement. Un conducteur sans permis suite à une annulation ou ne l’ayant jamais obtenu devra verser une amende de 15 000 euros, ne pourra passer son permis pendant 5 ans maximum et encourra la peine de 2 ans de prison avec ou sans sursis. Suite à une suspension de permis les peines sont moins importantes mais non négligeables avec une amende de 4500 euros, un retrait de 6 points et une suspension qui sera rallongée de 3 ans. De plus, rouler sans permis signifie conduire sans assurance : le moindre accident rend le conducteur seul responsable de son acte et aucun remboursement ne lui sera versé. Ainsi, une conduite sans permis entraine des peines qui varient selon l’âge ou la gravité de l’accident mais cette pratique est toujours très sanctionnée par la loi qui tente de lutter contre ces automobilistes de plus en plus nombreux.

Un bilan alarmant

Parmi ces 300 000 conducteurs dans l’illégalité la plupart conduisent sans être au courant de l’insuffisance de leurs points. Mais les conducteurs sans permis les plus dangereux sont sans nul doute les novices n’ayant jamais passé l’examen. Ainsi, sur 9 500 automobilistes responsables d’un accident mortel en 2008 ils représentaient 2,78% d’entre eux. Malgré les nombreuses mesures et sanctions mises en œuvre plus de 110 000 personnes contrôlées chaque année ne peuvent présenter leurs permis et plus de 6000 délits sont commis par ces derniers. Les statistiques continuent de prendre des proportions alarmantes et conduire sans permis deviendrait presque une pratique courante...

Un accident est vite arrivé... Que faire ?

Un accident sans permis avec dommages matériels ou corporels rend le conducteur totalement responsable puisque l’assurance ne prendra rien en charge. Alors, que faire dans une telle situation ? Pour réduire au maximum les charges un arrangement à l’amiable et la défense d’un bon avocat sont la seule issue possible. Si seule la voiture du conducteur a été endommagée un arrangement à l’amiable peut être trouvé sans avoir recours à la justice. En acceptant de payer les réparations les poursuites peuvent être abandonnées. Par ailleurs, si les conséquences de l’accident sont plus graves un passage devant le tribunal est obligatoire et aucune protection juridique ne sera apportée au conducteur. Avec un casier vierge, un mea culpa sincère et une bonne défense par un avocat il est alors plus probable d’obtenir la clémence d’un juge.

Se déplacer sans papier rose et sans risques

Conduire une voiture sans être en possession d’un permis est donc un délit très fortement puni par la loi. Mais beaucoup n’hésitent pas à prendre ce risque par peur de perdre leur travail par la suite. Or, il faut savoir qu’il existe des alternatives légales permettant de remplacer temporairement la conduite d’une voiture. En effet, suite à la suspension ou l’annulation d’un permis il est possible de louer une voiturette qui ne nécessite pas de papier rose. Pour les jeunes qui n’ont malheureusement pas les moyens de passer leur permis de conduire il est possible de conduire un scooter de 50cm3 en validant un simple Brevet de Sécurité Routière. Suite à une suspension ou annulation de permis il est également possible de conduire ce type d’engin qui peut s’avérer très avantageux pour le stationnement en ville par exemple. Si vous vous retrouvez sans permis de conduire considérez ces alternatives qui ne vous ferons pas agir dans la peur permanente du contrôle. Une conduite sans permis n’est pas un acte anodin et les conséquences sont souvent plus lourdes que la perte d’un emploi…