Comment sont utilisés les recettes des radars automatiques ?

Accueil > Articles > Comment sont utilisés les recettes des radars automatiques ?

Combien rapporte les radars ?

Si vous avez commis une infraction au code de la route et que celle-ci est détectée par un radar, vous recevez dans un délai de 5 à 10 jours votre contravention directement à votre domicile.

En 2017, l'ensemble des PV a permis à l’Administration fiscale de récolter près de 2 milliards d’euros. La moitié de ces amendes proviennent des radars automatiques, ce qui fait qu’à eux seuls, les radars engrangent près d’un milliard d’euros. Ces recettes ne cessent d’augmenter et chaque année, on enregistre une hausse entre 8 et 12 %.

Pour la première fois cette année, et se sera le cas dorénavant chaque année à l'automne, les pouvoirs publics nous dévoilent comment est dépensé cet argent.

Un peu plus d’un milliard d’euros récolté par les radars en 2017.

Lorsqu’on parle des amendes issues des infractions de la route, celles-ci peuvent provenir des contrôles de la police ou des radars automatiques. Pour l’année 2017, la totalité des amendes s’élevait à 1,98 milliard d’euros. 51,2 %, soit 1,093 milliard d’euros provient des radars. Ces 1,093 milliard d’euros sont répartis comme suit :

La répartition de l'argent des radars automatiques.

« Que fait-on avec l’argent des radars ? ». Lorsque l’on pose cette question aux autorités, ils répondent que l’argent est destiné à financer des projets de lutte contre l’insécurité routière. Les recettes générées par les radars sont en fait utilisées par trois grandes structures :

En 2017, ces trois entités qui travaillent et s’activent pour la sécurité routière ont donc reçu plus de 90 % des recettes des « amendes radars ». La plupart du temps, l’argent destiné à celles-ci sert à financer des projets d’aménagement, d’entretien et de prévention.

Toujours pour l’année 2017, 73 % du budget pour la lutte contre l’insécurité routière a été dédié aux projets locaux et 27 % aux projets nationaux.

L’utilisation de l’argent dans la lutte contre l’insécurité routière.

Pour la Délégation de la Sécurité Routière, les projets étaient plus axés sur la sensibilisation des usagers de la route. Elle a réalisé des campagnes de communication et des études. Elle a également consacré une partie du budget à la gestion des points de permis de conduire (courriers, enregistrement...) et à l’entretien du parc des radars automatiques.

D’après le rapport de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France, les recettes des amendes radars qui leur ont été versées ont été affectées à des travaux de rénovation du réseau routier, d’aménagement de sécurité routière, de mise en sécurité des tunnels et à des projets de gestion de trafic et d’informations aux usagers. L’AFITF a installé des signalisations routières et a sécurisé les routes à forte pente sur l’année 2017.

Dans ce cadre de sécurisation routier, les collectivités territoriales complètent également les actions de l’AFITF. Avec leur budget, elles ont aussi installé de nouveaux panneaux de signalisation. Une partie du budget des collectivités territoriales a servi à financer les projets en liaison avec les transports en commun. Parmi ceux-ci, nous pouvons citer entre autres la sécurisation d’accès aux transports en commun et la mise en place des arrêts des bus scolaires.

Les recettes des « amendes radars » pour les dettes de l’État.

Les recettes des « amendes radars » vont à d’autres postes de dépenses de l’État. On laisse souvent entendre qu’une partie de ces recettes vont également aux dettes de l’Administration. Ce n’est pas une affirmation gratuite, mais une réalité. Sur le budget de l’année 2017, 189 millions d’euros ont été versés au titre du désendettement de l’État. Il est à souligner que l’argent qui va au désendettement ne provient que de recettes afférentes aux amendes forfaitaires majorées (uniquement la partie majoration). Pour garder la transparence de la gestion de l’argent de l’État, on retrouve dans le premier rapport officiel en annexe du Projet de loi de finances l’affectation du produit des « amendes radars ».

Les radars automatiques sont donc une entrée d'argent importante pour l’État. Cet argent est utilisé à 91,2 % dans des projets de lutte contre l’insécurité routière et seulement une petite partie est octroyée à l’Administration pour couvrir ses dettes. Il faut également savoir que si les recettes totales des amendes s’élèvent à près de 2 milliards d'euros en 2017, sur cette même année, l'état à dépensé 3,7 milliards à la politique de sécurité routière et le coût des accidents corporels est quant à lui estimé à 39,7 milliards d'euros.