Une nette régression de l’insécurité routière en janvier 2010.

Accueil > Articles > Une nette régression de l’insécurité routière en janvier 2010.

Cette nouvelle année commence sur une bonne nouvelle : l’insécurité routière est en recul en janvier, que ce soit sur les accidents corporels et sur les blessés, comme sur le nombre de personnes tuées sur les routes de France. Voici un petit bilan de ces chiffres.

Un nombre de morts historiquement bas.

L'insécurité routière en recul en janvier 2010.

Avec seulement 267 personnes mortes sur les routes en ce mois de janvier 2010, c’est presque un nouveau record, dans le bon sens du terme, qui a été enregistré. En effet, en plus de subir une baisse de 7.3 % du nombre de personnes ayant perdu la vie (par rapport à janvier 2009 et ses 288 morts), janvier 2010 devient le deuxième mois le moins meurtrier de l’histoire de la sécurité routière, derrière février 2006 qui n’avait compté que 266 personnes décédées.

Des chiffres encourageants à propos des blessés.

Même s’il n’établit pas de record au niveau des personnes blessées, janvier 2010 peut se targuer de continuer les bons chiffres de 2009. Ainsi, par rapport à janvier 2009, il a été noté une diminution marquante de 21.1 % du nombre d’accidents corporels, passant de 4 983 à 3 932. Il en va de même pour les personnes blessées lors de ces accidents : alors qu’elles étaient 5 856 en janvier 2009, elles n’étaient plus que 4 589 le mois dernier, soit une nette baisse de 21.6 %. Enfin, dans la même optique, le nombre de personnes hospitalisées est toujours en régression : 2 132 avaient connues les soins hospitaliers en janvier 2009 alors qu’elles n’étaient que 1 647 dans le même cas cette année, soit -22.7 %.

Les causes de ces baisses significatives.

Suite à un hiver plutôt intense et des épisodes neigeux et verglaçants de grande ampleur, il est possible de penser que ces chiffres en baisse sont le fruit d’une circulation plus modérée et d’une diminution du trafic général. Cependant, il est important de noter que ces résultats encourageants sont aussi dus à une évolution du comportement des usagers sur la route : en faisant preuve de plus de responsabilité, les conducteurs participent à rendre la route plus sûre.