Hausse de la mortalité routière en janvier 2011.

Accueil > Articles > Hausse de la mortalité routière en janvier 2011.

Mauvaise nouvelle pour le gouvernement : après 18 mois consécutifs de bons résultats en matière de Sécurité Routière, le mois de janvier 2011 est venu mettre à mal ces statistiques en affichant des chiffres en hausse dans tous les domaines. La raison principale de cette hausse inattendue ? Les experts en prévention routière en sont certains, c’est l’annonce de l’assouplissement prochain des règles du permis à points.

Des chiffres assez alarmants

Alors que depuis plus d’un an, le gouvernement et la Sécurité Routière se félicitaient des chiffres en baisse constante du nombre de morts sur les routes de France, le mois de janvier 2011 est venu mettre un terme à cet enthousiasme. C’est un effet un résultat assez catastrophique et assez accablant qui est paru : par rapport à janvier 2010, janvier 2011 a connu 21% de morts en plus. Un chiffre très élevé, qui ne s’était pas produit depuis longtemps.

Mortalité record sur les routes de France en janvier 2011.

Mais cette hausse soudaine concerne également les deux autres domaines importants de la Sécurité Routière : le nombre d’accidents et le nombre de blessés. Chacun étant respectivement en hausse de 4.1% et 1.7%, le gouvernement est désormais dans l’obligation de ne pas laisser cette tendance s’installer dans la durée.

Un gouvernement qui essaie de se justifier

Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer, des Collectivités Territoriales et de l’Immigration, n’a pas tardé à réagir sur ces chiffres, et a déclaré le 10 février 2010, alors qu’il était en déplacement sur la fameuse gare de péage de Saint-Arnoult, qu’il ne fallait « ni sous-estimer, ni surestimer » ces résultats.

Selon lui, cette hausse importante est en partie due aux conditions climatiques de janvier 2010, qui avaient permis de publier à l’époque des chiffres particulièrement bas et encourageants. Cependant, il a reconnu que certains conducteurs avaient de plus en plus tendances à se laisser aller à un certain relâchement dans leur conduite, et que de ce fait, ils mettaient, « par leur irresponsabilité, tous les usagers de la route en danger. ».

Des experts qui ont déjà trouvé la cause du problème

Cependant, pour les experts en prévention routière, le problème est ailleurs. Les associations de défense des victimes de la route n’ont pas tardé non plus à réagir, et mettent en cause l’annonce par le gouvernement du prochain assouplissement du permis à points. C’est surtout Chantal Perrichon, présidente de la Ligue Contre les Violences Routières, qui s’est faite la voix de ces accusations.

Lors de plusieurs passages en radio, elle n’a en effet pas hésité à dire que c’était le message laxiste sur le permis à points qui avait causé cette hausse soudaine des morts sur la route. Selon elle, le fait de vouloir affaiblir le permis à points a entrainé la modification du comportement de certains usagers de la route, notamment en ce qui concerne les limitations de vitesse. Elle a d’ailleurs tenu à rappeler ce constat frappant : « 1 % de vitesse moyenne en plus, c'est 4% de tués en plus sur nos routes.»